ES BLEID

Mort avant d'avoir vu le jour !

 

Entre gens de bonne composition, le consensus finit toujours par triompher
par Francis COLLIN

Voici quelques années encore, la vitalité d’un patelin se jaugeait à son nombre de paroissiens, d’écoliers et de supporteurs au football. Aujourd’hui, hormis aux enterrements, les églises sont vides ; la plupart des «petites écoles» ont mis la clef sous le paillasson et les clubs de football tirent le diable par la queue pour nouer les deux bouts. Le football reste pourtant un maillon fort, l’un des ciments de la vie en société. Il faut donc applaudir des deux mains et encourager au maximum ces citoyens Panis qui tentent de recréer un club sur les cendres du FC Bleid. Mais pour se reconstruire, ce club doit disposer de la bénédiction des autres clubs de l’entité. C’est la règle en football. Et pour l’heure, l’Excelsior Virton se fait tirer l’oreille. Je peux comprendre la position du président Philippe Emond. Chat échaudé craint l’eau froide. Les Gaumais n’ont aucune envie de retrouver un jour un Costantini dans leurs pieds. Néanmoins, dans sa position actuelle d’indéfectible tête de pont du football luxembourgeois, il serait tout de même malvenu que l’Excesior use de son droit de veto. Bleid doit pouvoir hériter d’une seconde chance. Un nouveau club, géré par des gens de terrain, pas par des utopistes qui construisent des châteaux en Espagne, doit pouvoir recevoir sa chance. Gageons que le nouveau maire virtonnais, François Culot, usera de toute sa diplomatie pour que le projet puisse aboutir.

Source : L’Avenir du vendredi 05 avril 2013

 

Le mail de refus du RE Virton (cliquez pour ouvrir)

 

Le projet virtonais pour les installations de Bleid (cliquez pour ouvrir)

Publié avec l'accord des "ex-futurs dirigeants"